Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2005 5 27 /05 /mai /2005 00:00

- Ah, mince, on est déjà dans les blancs, alors... Boh, allez, vas-y, sers donc, on passera directement aux alcools forts après. Les gars sont tous partis bosser, on va pouvoir se raconter des cochoncetés. Tu crois qu'on l'a vraiment conquise, notre autonomie par le travail...? C'est vrai, r'garde. Tous occupés, nous, pire qu'en RTT, à se murger un mardi après-midi à 14H39...T'sais quoi ? J'crois qu'on a gagné notre autonomie par rapport au travail même!! Wouaye!!!!!! Trop fortes, nous! Quoi, j'ai un trou à mon jean's...Ouais...Tu sais c'que ça coûte, un jean's ?? Faut pas déconner non plus. J'ai mon temps. C'est mon luxe! A la tienne, belette!

- Bon, ça arrive mon ratafia ?

- Comment ça "ton" ratafia ? Mon ratafia oui ! Si tu crois que j'me suis gelé les miches (d'où l'effet tenseur, mais passons) sur la montagne de Reims à siroter ce brevage des nuits entières pour ne pas être Môssieur Rata, c'est mal me connaître ! Allez, chuis pas chien, j'en remonte une caisse. Gaffe quand même, c'est du 55°, sucré certes, mais quand même.

Bouly repart dans la cave en gromellant.

Face au débit de paroles ADSL de ses commensaux, la môme Eclipse répondait toujours après coup. Pas qu'elle fut bègue, nan. Juste lente. Du coup, ça devenait presque poétique, tant d'anachronisme. Elle vantait sa framboise quand tous étaient au ratafia. Remarquez, Mary, elle, continuait de proposer son blanc. Devaient en avoir des caisses à refourguer, dans la Mary Family...

Bouly remonte de la cave avec sa caisse de rata... pour constater que l'affluence a facile doublé et qu'il y aura bien besoin d'une seconde caisse. Repart en bougonnant.

- Avenger, tu suis Boultan ? C'est tellement sexy, les caves...

- C'est bon, merci, j'en suis pas là quand même ! Envoyez moi plutôt de la gazelle, c'est qu'il fait sombre en bas, j'voudrais pas me perdre tout seul ! beugla Bouly qui avait l'ouïe fine.

- Vieux vicelard, va ! C'est pas les caves du Vatican, ici.

 

 

Le Bouly, bizarrement, n'en cessait pas de retourner à la cave. De se retourner pour aller à la cave.. Faudrait penser à lui dire qu'y a pas que son derrière, qu'on apprécie, se dit la môme, in petto, qu'elle aimait bien, même si ça lui rappelait ad nutum, sans qu'elle ne sache plus très bien, d'ailleurs, d'où ça venait...Ad nauseam, le souvenir n'en cessait de refluer et de s'effacer à la fois...

- Ah, attend, l'a oublié de redescendre une caisse, là...Vais la ram'ner...faudrait pas qu'ça s'perde ces choses là, ni que ça sentasse...

Croyant ramener la caisse, vide, de ratafia à la cave, Eclipse s'était trompée d'escaliers... Dans un noir absolu et une humidité équatoriale, la chaleur en moins, au début, du moins, elle s'était retrouvée dans une pièce où luisaient fugacement de petites flammes bleues, ballerines improbables au-dessus du sol... "Mince, alors ! Du méthane ! Mais qu'est-ce qu'il se passe chez Marcel ?" Soudain, elle sentit quelque chose la frôler.

- Bouly ? ...A..Avy ???....P..C...M..??? Merde, répondez quoi! C'est pas drôle!!

- N'aie pas peur jeune fille, lui sussura Bouly qui surgit sans bruit derrière elle, et qui, décidément, sussurait beaucoup aujourd'hui, ce sont juste les butagaz sous les cuves de rata que tu vois là. Vu la demande, on accélère un brin le travail des bactéries, t'vois ?

La chose avait pris la voix de Bouly... Pour l'apparence, Eclipse n'en pouvait rien dire... Son briquet refusait de s'allumer. Trouillard... Ou alors c'était sa sueur à elle, qui avait détrempé la pierre... Oui, la voix de Bouly, mais Bouly ne l'appelait jamais jeune fille... La chose essayait de la rassurer, pour qu'elle ne découvrît pas que se cachait une crypte en ces lieux... Peut-être un ancien cimetière d'apaches ? Une main aux fesses...! C'était bien Bouly...Mince, je l'aimais bien mon histoire de crypte...

- Attend, y a Mary qui hurle, faut aller voir...Mais non, arrête j'te dis...rhooo...hum...

"'tain, caramba, encore raté !" pensa Bouly, dépité.

"Pfiou !" se dit la môme...On a eu chaud...De là à ce qu'il ait maté en loucedé, le Marcel, y avait pas loin. N'empêche. J'trouvais ça chouette, moi, d'imaginer qu'il avait peut-être enterré un porc péroxydé dans sa cave, une outre de fatuité, une poche à gaz n'en finissant pas de s'évaporer en pets post-mortem. Au lieu de ça, un bouilleur de cru clandestin, le Mercel, qu'on appelait aussi comme ça, en raison de son appétence tout azimuth pour les choses du sekse. Yvette, Bilal, uni-, et Mercel, qu'est bi... Bon, restait à retrouver la Sanseverina...

Bouly confisqua les bouteilles jusqu'à nouvel ordre. Celles qui auraient encore soif n'avaient qu'à se risquer à la cave. Ceux qui auraient encore soif font la bise à Mary, avec c'qu'elle tient, ça devrait suffire pour leur égayer les neurones.

(rideau)

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à boire
commenter cet article

commentaires

Cat Lord 03/06/2005 14:18

boultan,
c'est la gloire, on vient te lire du fin fond de l'Angola ! :p
Bientot, le Pulitzer mon grand.
Bienvenue chez bouly, Martine Rayon-DeSoleil. ;)

Martine Réau-Gensollen 03/06/2005 12:53

Ben moi j'fais pas partie d'la bande... mais ça m'rappelle de fichues soirées avec mes copines et que même à partir d'un moment (celui où on ne savait plus distinguer si c'était du Pomerol ou du Margaux) on a inventé une appellation de notre cru... le "Pomargol"... Ah souvenirs souvenirs...
Martine, la pèlerine (expatriée en Angola... les ami(e)s sont resté(e)s en France eux !

PALEBLUEYES 29/05/2005 15:27

Tolga , sois sympa, traduis moi ça , sinon je t'envoie des commentaires en lalilala dès que ma prof est rentrée.

Tolga 28/05/2005 12:00

Je comprends trés bien, moi... Pour caus' que j'y étais... et que l'image est exactement la bonne!

PALEBLUEYES 27/05/2005 20:19

C'est de plus en plus clair c'est sur je te le fais pas dire....enfin si , tu peux la redire ta note?