Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2005 3 01 /06 /juin /2005 00:00

- Je trouve que le traité soumis à ratification a de gros défauts. Et je trouve que ne pas le ratifier a de gros inconvénients. Et pourtant, il me semblait difficile de ne pas exprimer de suffrage. C'est ce que j'avais fait pour le quinquenat et depuis je le regrette. Ne pas choisir entre deux candidats, par exemple (au hasard ?) Sarkozy ou Hollande, ne me gènera pas. Mais j'ai constaté que ne pas choisir à un referendum me faisait me sentir mal même si aucune des deux alternatives ne me plait.

Ca me rapelle mon experience de membre de conseil d'administration. On avait à voté pour ou contre et c'était toujours des psychodrames. Sauf avec une gestionnaire qui proposait plusieurs budgets (au moins trois). Elle indiquait pour lequel elle allait voter mais on ne votait par pour ou contre une proposition unique (avec une question sans réponse : qu'est qui se passe si le budget proposé est repoussé ?) mais pour la solution A ou la solution B ou la solution C. Cette fille était ou très démocrate ou très maline mais on n'avait pas l'impresion avec elle d'être une simple chambre d'enregistrement qui avait le choix entre accepter ce qu'on voulait nous imposer ou provoquer un blocage à l'issue inconnue.

A la reflexion, quand cela est possible, un referendum ne devrait pas consister à être pour ou contre un projet unique mais à choisir entre plusieurs projet.

Imaginer si il y avait eu trois projets en concurence : projet A (égal au traité consolidé Maastricht/Amsterdam/Nice) ou projet B (égal au TECE) ou projet C (retrait de l'UE). La campagne aurait été bien différente. Evidemment si le résultat n'est pas le même dans les 25 pays, il y aurait eu un problème. Mais c'est aussi le cas avec le système actuel : un projet unique qu'on accepte ou qu'on refuse. Si certains pays l'acceptent et d'autres le refusent, il y aura bien également un problème.

 

 

- La réponse est : NON. 55 % des Français ont rejeté un texte minable que la propagande officielle a porté au pinnacle. Le peuple s'est réaproprié le débat et la classe politique française n'a plus qu'à se remettre en cause. Maintenant, je vais aller me délecter devant ma télé pour voir les pleureuses se lamenter.

- Quelle "victoire". Il est amusant d'imaginer que ceux qui ont voté contre la partie III n'auront que cette partie III.

- Maintenant faut négocier ça à l'Anglaise : donnez-nous ce qu'on demande sinon on bloque tout.

- Chirac a au moins reussi un de ses objectifs : torpiller le PS pour 2007.

- Plus je lit des ouiouiste feliciter les nonistes de leur vote sur un ton ironique et limite agressif, plus je suis satisfait de voter non.

- N'empêche, avec le non, on a déjà un temps de merde, il pleut et ça se rafraichit.

- La c'est le bon moment si vous voulez torpiller la PAC. Et p'têt le rebate britannique apres.

- Pres d'un demi siècle après la création du Parlement Européen, celui-ci en est encore au stade du Corps Législatif sous Napoléon III : se contenter de voter, d'amender ou de rejeter les projets qu'on lui soumet faute de disposer du droit d'initiative législative. Si un demi-siècle n'a pas été suffisant pour que cela murisse, cela prouve que l'on ne se contente pas de rouler lentement, cela prouve qu'on a choisi un mauvais moteur. Personnellement j'attribue cet échec à ce qu'on a élargi plus vite qu'on a laissé mûrir. Si La CEE avait été créée en 1957 à 6, puis s'était élargie à 8 en 86 (Espagne et Portugal) puis à 9 en 95 (Autriche), on en serait ce soir à recueillir les demandes d'adhésion à l'Europe fédérale, pas à se demander si celle-ci existera un jour.

- Les deux seuls partis à avoir une campagne de parti intéressante et mesurée étaient les Verts et l'UDF. Mais du coup, vu qu'ils disaient que le projet était gris, et non blanc ou noir, c'était forcément beaucoup moins vendeur.

- Sur ce il est tard, je bosse demain et j'ai un tchadien à ramener dans sa dernière demeure (et là, c'est pas l'europe qui va m'aider... à ce propos, vous saviez que les vivants peuvent se balader comme ils veulent en europe, mais que les morts passent toujours par une demande de visa ?)

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à s'demander
commenter cet article

commentaires

boultan 07/06/2005 16:50

forez : ouais, c'est ça, y'a qu'à indiquer aux forces au pouvoir où se cachent les ilots de résistance, et pi quoi encore ?

Forezjohn 02/06/2005 17:12

bon bouly va falloir que tu indiques le site d'où proviennent toutes ces fantastiques analyses politiques qui font palir d'envie Arlette Chabaud elle meme.

Toub 02/06/2005 10:36

Note to self : penser à écrire la fable "la nonne noniste et le ouistiti ouitiste". Ca fera au moins rire mes ptiots

Sissi 01/06/2005 19:07

J'ai remarqué ici et là (sur les blogs ou au boulot), que, depuis la victoire du non, les nonistes ne se font plus dégommer... ouf... merci

boultan 01/06/2005 17:02

Tolga : c'est une discussion collégiale, je dénie toute responsabilité pour les propos tenus, mais ça résumait c'que j'entendais deci-delà
LiveForEver : Shit happens (oui, même pour les courageuses militantes de gauche prêchant en terre hostile :-D)