Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2006 5 22 /12 /décembre /2006 21:38
  •   
  • (j'ai loupé ma vocation de pubard)
  •  
  • 7h15,  Huggy les bons tuyaux a été remplacé par Huggy et les cafards ; un fossé générationnel de plus
  •  
  • 8h00, dans le bistrot sis face à la mairie du 10ème, un habitué déjà passablement confit malgré l'heure aubinale soutient mordicus "Mais si, le président d'Israel, c'est mon cousin, même qu'il s'appelle Levy comme moi, si c'est pas une preuve ça !". Souvenir du bain de foule de Victor Pivert rue des Rosiers.
  •  
  • 8h15, deux mesures phares lues dans Le Parisien : la consultation des généralistes va passer de 17 à 23 euros en 3 ans ; les aides aux buralistes, redoutables faiseurs d'opinion (hormis, semble-t-il, auprès des cousins du président israélien), vont être multipliées. A contrario, le pékin moyen devra faire face à des factures de gaz et d'électricité incontrôlables en dépit des promesses d'il y a 6 mois, et se coltiner un doublement de la redevance. C'est cher, Huggy et les cafards.
  •  
  • 8h45, Mairie du 10ème, bureau des élections. Une dizaine de citoyens sagement alignés pour se faire inscrire sur les listes. Face à eux, trois secrétaires de mairie pur jus, lunettes à chaine-pull mohair-Femme Actuelle qui déborde du sac. Un échéancier EDF suffit, lequel peut être délivré deux semaines après l'emménagement : on est loin des six factures mensuelles prétendûment obligatoires, mais on est loin aussi de faire voter les morts. Il manque un papier à une jeune fille qui se fait houspiller selon la norme fonctionnariale d'un arrondissement de gauche, c'est à dire que le dédain est encore un peu tempéré par un vague souci d'être au service des administrés. "Non, n'envoyez pas de fax, c'est illisible quand on les reçoit". "Non, on n'a pas de scanner ici". "Ah mais ma petite dame, nous on est ouvert depuis janvier et tout le monde vient s'inscrire en décembre, alors forcément, comment voulez-vous". Au moment de quitter ce temple de la République, mon "au revoir" reste sans réponse mais heureusement le second, réhaussé d'une bonne louche de décibels, fait sursauter les trois harpies qui y répondent en choeur comme des gosses pris en flagrant délit de doigt dans le nez.
  •  

  •  
  • 9h30, Le Relais République a changé de déco pour le pire, noir et rose avec un énorme écran plat moche - l'écran plat hypnotise et sonne la mort des discussions de bistrot, c'est le drame de la décennie. Reprise de la lecture toujours édifiante du Parisien du jour. Page 2, on apprend que la violence scolaire n'est plus recensée depuis cette année : pour faire baisser un chiffre, autant l'effacer. Page 4, les gauches de la gauche s'étripent, Buffet est choisie pour représenter les dix-sept derniers adhérents communistes, Besancenot râle que pourtant c'était lui le plus jeune, Autain peste que pourtant c'était elle la plus mignonne, Bové se tape une bonne pipe et Mélenchon a encore oublié de prendre rendez-vous chez le dentiste. Page 6, Bernard Tapie se sent plus proche de Sarko que de Ségo. Page 12, "la nature perd le nord", la Mer de Glace se réduit à un Mister Freeze mou, les ours russes n'hibernent plus et bouffent les autochtones, bref, ils nous ont tout détraqué le temps. Souvenir d'une phrase entendue dans la boutique de ma mère en 82 : "ça, depuis la gauche, y'a plus de saison". C'est con, les blagues, je ne m'en souviens que des années après. Page 17, "la mairie de Paris veut installer sa clientèle dans les tribunes du Parc à la place d'un public nationaliste" explique un interdit de stade membre d'une assoce de supporters se vantant de voter Le Pen à 80 %, et qui se sent obligé de préciser que "s'il siffle Mendy, c'est juste parce qu'il est mauvais". Comme quoi, on peut être facho et s'y connaitre en foot.
  •  
  • 10h30, en goguette sur le boulevard Voltaire, le jeu vidéo du moment, Cooking Mana, consiste à préparer des nouilles sur un écran tactile.
  •  
  • 11h30, pause terrine de canard et Maltesers
  •  
  • 14h20, Les Infiltrés de Scorcese, où ce vieux filou s'amuse beaucoup, libéré des entraves de la reconstitution historique et du biopic. Nicholson imite le rat à la perfection, Di Caprio fait de moins en moins gamin, les vieux Sheen et Baldwin cabotinent avec réjouissance, même Matt Damon prend un semblant d'épaisseur, c'est dire. N'empêche, si j'étais une fille, j'aurais un poster de Mark Wahlberg dans ma chambre. Déjà, la veille, Casino Royale avait offert un bon exemple d'un film américain de plus de deux heures sans ennui, avec, comme dans Miami Vice, une coupure osée d'un bon quart d'heure dans le montage, histoire de laisser le temps à la love story de prendre corps. Une année chiche en grands films, mais riche en excellents divertissements.
  •  
  • 17h30, café K, un Pif Gadget et un essai sur Hitler dans le sac (sortir l'un ou l'autre dans un lieu public provoque curieusement la même surprise gênée alentour), donc plutôt quelques pages de Balzac, aussi réac que visionnaire, sur Catherine de Médicis en attendant le bus scolaire.

Quant à la violence, ce moyen touche à l'un des points les plus controversés de la politique et qui, de notre temps, a été résolu sur la place où l'on a mis un gros caillou d'Egypte pour faire oublier le régicide et offrir l'emblème du système actuel de la politique matérialiste qui nous gouverne (...) Qu'est-ce que la France de 1840 ? un pays exlusivement occupé d'intérêts matériels, sans patriotisme, sans conscience, où le pouvoir est sans force, où l'élection, fruit du libre arbitre et de la liberté politique, n'élève que les médiocrités, où la force brutale est devenue nécessaire contre les violences populaires, et où la discussion, étendue aux moindres choses, étouffe toutes les questions, et où l'individualisme, produit horrible de la division à l'infini des héritages qui supprime la famille, dévorera tout, même la nation, que l'égoïsme livrera quelque jour à l'invasion, On se dira : Pourquoi pas le tzar, comme on s'est dit : - Pourquoi pas le duc d'Orléans ? On ne tient pas à grand-chose ; mais dans cinquante ans, on ne tiendra plus à rien.

  •  
  • 19h00, découverte du premier bulletin trimestriel de junior, qui rentre dans la catégorie "très bon élève" mentions "peut mieux faire" et "bavard" : un gentil branleur de plus sur Terre.
  •  
  • 19h30, à table, je réalise que la baguette de pain s'appelle "Mie' Stinguette, la baguette qui se distingue". Trop puissants les pubards.
  •            

  •        
  • DTC : du citrate de bétaïne (soyons prévoyant) 
  •      

 (Primal Scream - Movin' On Up)

   

   

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article

commentaires

boultan 31/12/2006 18:16

Ben, j'espère que tu me réserves quand même ta collec' d'espadrilles !!!

Benrouf 29/12/2006 17:19

Tu seras mon légataire universel mon Ludo (oui, tu auras aussi tous mes numéros de "Macramé et Sodomie", même les hors séries)

ludomatic 29/12/2006 09:29

ok ben, t'as interet à abouler la thune le jour où tu meurs...

Benrouf 28/12/2006 15:18

Tenu !

ludomatic 28/12/2006 11:27

10 contre 1 que tu meurs quand même un jour.