Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 15:33
  •      
  • Hier je voulais démarrer sur les chapeaux de Michel Roux une série de notes qui commenceraient toutes par "hier", dans une veine introspecto-automatiquo-coqàl'âno-rigolo-gauchiste qui ne manquerait pas d'éclipser l'ensemble de la rentrée littéraire y compris les 57 bios mensuelles du (relève le menton, pose une main sur le portefeuille) président. Mais voilà, de l'hier d'hier, la chose la plus mémorable qui me revenait à l'esprit, c'était qu'à chaque fois que la radio médocaine parlait de Steve Fossett, une petite voix dans ma tête répondait "quarante-deux". Un point de départ certes maigriot mais dont l'indigence n'aurait pourtant pas dû retarder la naissance de cette oeuvre littéraire de haute volée comme disait Henry Leconte qui s'y entendait, le bougre. Bougre qui signifie à peu près "sodomite des balkans", j'ai appris ça ici, t'as qu'à voir si je suis l'actualité, même si j'ignore toujours (attention, chute de préambule à dix centimes) si Bougredane et Boudredandouille ne font qu'un. Bref.
  •  
  • Hier, donc, mon oeil gauche se décolla dans un "blop" batracien vers 7h47, soit une bonne heure après le droit. Un fait médical assurément remarquable, on en conviendra. Ca lui a pris soudainement dans le train, devant des chûtes de clips en manque de blind tests. Et, curieusement, pas devant Some Velvet Morning de Primal Scream avec Kate Moss tentant de populariser le papier à cigarette transparent comme matériau de base de la nuisette trop courte, mais bien devant d'innocents quoique scandinaves papier-collages d'Under Byen (j'avais quand même gardé Army of lovers en réserve de la république qui se lève tôt sans gagner plus). Mon cerveau gauche s'ébroua ensuite mollement devant les Pixies, me rappelant à quel point j'aurais aimé m'appeler Joey Santiago à 13 ans. Parce qu'on peut pas dire, ça avait de la gueule, Joey Santiago. Même juste Joey, déjà, "ça le fait grave" articulais-je alors dans le désert lexical de ma puberté. Entre Joey Ramone et le premier amoureux télénovellé de Robin Wright (le grand escogriffe prolo rejeté par les Capwell parce qu'il n'avait même pas d'action Eurotunnel, ce con), ça te posait une conscience politique derechef. Mais plutôt que de prendre ma carte du parti comme on dit entre nombrilistes persuadés d'être du même bord, j'optai alors, non sans courage, pour la lutte souterraine, placardant rageusement sur le lambris de ma chambre, entre Morrissey dans la neige de Manchester et Joy Division dans la neige de Manchester, un poster des Pixies sous le soleil du Nevada.
  •  
  • Moralité : tu peux avoir trop trop bon goût en musique, quand t'es couvert d'acnée, avoir 13 ans, c'est naze.
  •  
  •    
  •  

     


    •  

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article

commentaires

Der Fisch 09/09/2007 15:24

annak  : disons que Steve Fawcett pourrait être très pote avec Adriana et Christian

annaK 08/09/2007 12:40

Je comprends pas le jeu de mots de steve fawcett et 42.J'ai mal à la tête.merki bien.

Melody 08/09/2007 10:46

Quel maturité!

Kill ME Sarah 08/09/2007 10:32

Ben elles sont où mes explications????  Mon com' a été mangé...Bon, je recommence. 42 c'est le blog des obsessionnels du 42. Ca existe depuis 2002 je crois, j'y collabore depuis 2003 de manière épisodique car je n'ai pas toujours le réflexe .L'explication de tout ça est là

zita incognita 07/09/2007 22:31

qu'est-ce que c'est que ce site kims?