Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2005 2 11 /10 /octobre /2005 00:00


Mathew Belamy m'a souvent fait penser à Billy Corgan, capable comme lui de fulgurances imparables cachées entre moults accès de foutoir pompier et de grand n'importe quoi. Il est des songwriters plus doués pour les couplets que pour les refrains, c'est ainsi. Mais là où Muse s'est fait encenser dès son premier opus (puis descendre en flamme au second, pourtant de la même veine), les Smashing Pumpkins sont toujours parus suspects aux yeux de la critique rock bien pensante - trop de bruit, sûrement - les mêmes qui ont mis de longs mois à réaliser l'importance de Nevermind ou de The Bends. C'était avant le "retour du rock", voyez-vous, lequel n'a guère eu lieu qu'au sein de rédactions passéistes aussi promptes à s'extasier devant des gosses singeant le MC5 qu'un rubricard de l'Equipe devant la énième remontée des Verts en première division. L'absolution sera tout de même accordée aux citrouilles pour Ava Adore, très bel album un peu chiant sur lequel Corgan porte le deuil de sa mère et redécouvre The Cure. Les ventes décevantes précipiteront la fin du groupe, malgré le bruitiste et sous-estimé MACHINA/The Machines of God d'où est extrait The everlasting gaze, une des vingts chansons rock de mon panthéon personnel. Malgré, aussi, la présence à la basse de Melissa auf der Maur en lieu et place de D'Arcy, et le retour en pleine forme du batteur Jimmy Chamberlin entre deux cures de désintox. La suite (notamment Swan) sera plutôt piteuse pour Corgan, qui, récemment, évoquait un possible retour aux affaires de façon assez touchante :

"When I played the final Smashing Pumpkins show on the night of December 2, 2000, I walked off the Metro stage believing that I was forever leaving a piece of my life behind. I naively tried to start a new band, but found that my heart wasn't in it. I moved away to pursue a love that I once had but got lost. So I moved back home to heal what was broken in me, and to my surprise I found what I was looking for. I found that my heart is in Chicago, and that my heart is in The Smashing Pumpkins.

For a year now I have walked around with a secret, a secret I chose to keep. But now I want you to be among the first to know that I have made plans to renew and revive The Smashing Pumpkins. I want my band back, and my songs, and my dreams. In this desire I feel I have come home again."



Ca n'a rien à voir mais bon, il faut que je le dise. Ce matin, elle était encore là. Elle me regardait, dans le métro, en souriant. Si légèrement vêtue. Quelques mots, "où es-tu mon amour ?". Alors Scarlett, si tu lis ces lignes, sache que ce n'est pas la peine de me faire passer des messages persos en posant en couverture d'Isa. Appelle-moi.


Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à écouter
commenter cet article

commentaires

boultan 12/10/2005 12:06

(excusez la violence de mes propos hein)

boultan 12/10/2005 11:59

ludo :

ludomatic 12/10/2005 11:40

oui, envie a moins les seins qui tombent que scarlet..

langousta 11/10/2005 21:55

euh, anna?

(ne perds pas ton temps)
(ça fait des années que je me ruine en cierges, et je te le dis tout net)
(cette rita est une ingrate)
(une vraie salope même, si j'osais)

anna 11/10/2005 20:09

Wé Ste Rita c'est surtout la sainte des causes désespérées. Perso je lui ai consacré un autel au milieu de mon salon. Maintenant je sens que ça va mieux. Enfin, je le sens pas fort mais j'ai de l'espoir.
Boultan (dis-y de fermer sa chemise à l'autre. Et si elle pouvait porter un passe-montagne je serais complètement rasurée pour la santé mentale de Fisch)