Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 21:45

 

 

Donc c'était au saut du lit (vers 13 h)(j'ai un problème avec les sauts du lit : le premier n'est pas toujours couronné de succès)(et des fois le second s'avère aussi un échec), je n'avais même pas bu un seul litre de café quand la mère de la chair de ma chair (et un peu de sa chair aussi du coup) m'appelle.
Elle m'appelle depuis un camion de pompiers.
Et pas parce qu'elle réalise un vieux fantasme et tient à me le faire savoir, non, ce n'est pas ce genre de fille, elle ferait ça en toute discrétion.
Non, elle m'appelle d'un camion de pompiers rapport à la chair de ma chair qui a à peu près triplé de volume, suite à une allergie alimentaire dont la dernière occurence, fort lointaine, laissait espérer rien de moins qu'une rémission pure et simple.
Rien de grave a priori, quand je suis arrivé à Robert Debré (accessible seulement aux voitures, soit dit en passant, si t'es malade mieux vaut avoir le permis, sinon tu peux tourner autour en cherchant un accès piéton et finir par décéder mortellement de manière léthale avant de l'avoir trouvé), l'enfant avait déjà pas mal dégonflé, il avait juste les yeux de Stallone dans Rocky IV après que Dolph Lundgren a passé quelques rounds à l'avoiner pour lui apprendre la politesse soviétique.
Non mais, est-ce qu'on a idée d'être allergique aux petits pois, hein ?
Surtout que là c'est juste le jus de petits pois qui a touché la viande et a transformé cet enfant en sharpei en un quart d'heure (ce qui, en plus de l'escorte en camion pin-pon, aura définitivement assis sa coolitude sociale jusqu'à la fin du primaire).
(Après coup on m'a suggéré l'idée de lancer une grande enquête pour savoir enfin ce qui se cache dans les sauces de légumes servis dans les cantines, mais je crois ce dossier trop explosif, le monde n'est pas prêt)
Et c'est là qu'est advenu le grand moment de solitude, dans la salle d'attente, quand entre deux quintes de rire j'ai dit à mon fils rooh c'est rigolo, avec tes yeux tous fermés tellement ils sont gonflés on dirait un bébé chinois obèse, j'ai immédiatement senti sur moi le regard meurtrier de la maman chinoise qui se tenait juste derrière lui avec ses deux rejetons rondouillards, et d'un coup l'étudiant face au char sur la place Tien-Anmen, c'était moi.
Mais sinon.
Je réitère mon idée d'implanter un débit de tabac accolé à chaque service d'urgence pédiatrique de France : que ce soit les parents ou le personnel hospitalier, tout le monde clope comme un malade là-dedans.
(ah ah ah, comme un malade)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article

commentaires

boultan 15/04/2010 20:22



et maintenant c'est un putain de cador à l'école, heureusement qu'il a quand eu les jetons sinon je crois qu'il reboufferait des pois exprès pour faire venir les pimpons à la grande joie de ses
potes (et de leurs mères)(et du directeur de l'école)



ltm85 15/04/2010 16:16



Pauvre tiot! La vache, faut le faire quand même, l'allergie aux petits pois. C'est un original. 



pero 15/04/2010 12:14



Il a quand même fini son assiette j'espère. C'est que ça se perd, les manières, de nos jours.


(N'empêche qu'allergique aux petits pois ou aux brocolis, avoue que la 1ère fois t'as eu un doute. Avec une allergie aux cacahuètes au moins, t'es sûr qu'il triche pas)


(Bon courage, hein)



peekaboo 14/04/2010 22:19



 


rectification "d'un petit pois", pas de petits pois.


 


http://www.unilet.fr/pub.php?recordID=15



peekaboo 14/04/2010 22:17



"on a toujours besoin de petits pois chez soi"


 


ok, je sors.