Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 00:09
 
 
C'est vrai, il faut bien l'admettre, on (on est un con, donc on supposera que c'est de moi qu'il s'agit, mais j'aime pas me sentir seul dans le rôle alors j'use du on qui est un peu plus rassembleur, ne t'offusque pas, ça m'aide) a passé un cap quand on commence à aller voir pas mal de groupes qui se reforment, quand on commence ces diners (où désormais les gens arrivent tous en couples ou tous seuls mais on mélange plus les genres, ça foutrait la merde) en évoquant comme des anciens combattants telle émission, telle musique de sa folle jeunesse, quand on compte les appareils photo qu'on a eu et bordel y'en a déjà eu un pacson presque autant que de bonnes photos, quand on sort de certains bar qui gloussent trop fort à notre goût désormais si sûr.
Quand tout nous rappelle quelque chose.
L'anti-Alzheimer, avant le vrai.
On est con (j'avais prévenu), on voudrait retrouver l'ivresse de la première fois avec les choses qu'on connait déjà par coeur.
Et puis, c'est quoi cette nostalgie de la première fois, franchement, c'était si bien que ça la première fois ou c'est juste qu'on pleure sur sa jeunesse perdue, hein. Parce que, quand on y pense. Honnêtement.
La première fois au lit, ça a duré le temps de lire cette phrase, et j'avais un préso vert, vert te dis-je, j'en ris encore, elle aussi, et ça n'aide pas, j'te prie de croire. La première grosse grosse cuite, j'ai fini en t-shirt en novembre sur la montagne de Reims, le cul dans les vignes, avec une fille dans les bras qui vomissait doucement sur mes chaussures et qui me serrait très fort en me disant lâche-moi. Le premier film, c'était Joyeuses Pâques et Corinne T., la brune du CM1 qui portait la coupe au bol des sweats Breizh trop larges et un air pas aimable et que j'aimais bien, forcément, déjà le radar bien réglé, bah ses parents ne l'avaient pas laissée y aller avec nous. La première galoche, c'était dans une cave éclairée avec des loupiotes à vélo et elle avait le plus imposant dispositif orthodontique de la région Champagne-Ardennes. La première clope a été suivie de dix-neuf autres en deux heures jusqu'à aboutir à la première gerbe de l'ère pré-ado.
Alors bon.
Moi je veux bien être nostalgique, mais de la seconde fois.
J'suis bien mieux la seconde fois.
Des fois.
 
 
http://boulyzekid.free.fr/blog/tumblr_kw6ow801LP1qz9qooo1_500.jpg
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article

commentaires

Sébi 17/01/2010 13:25


On peut aussi se trouver nostalgique de la première foi. Comme par exemple quand on était sûr que les problèmes du monde, c'était que dans l'ancien temps et que ça n'existe plus.


boultan 15/01/2010 19:30


Benrouf : une seconde fille ?
Marc E : y'a des matins comme ça, qui puent
kerouac : meunonmeunonmeunon
ficelle : et les fois à côté desquelles on est passé, d'un rien
Madame Kevin : mais on ne vous prévient pas toujours avant, c'est ça le drame !


Madame Kévin 15/01/2010 16:43


Les diners de couples, ça me fait flipper, je n'ai jamais pu m'y faire.


ficelle 15/01/2010 12:35


alors, pour rassembler, concentrons-nous sur la dixième fois par exemple… Et l'exercice va devenir nettement plus compliqué. Voilà, moi je suis plus une angoissée de toutes ces milliers de fois
qu'on oublie…


kerouac 15/01/2010 12:27



"Quand tout nous rappelle quelque chose,
L'anti-Alzheimer, avant le vrai"
......
Tu m'as brisée....
.............