Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 00:15
 
 
Piccoli, Piccoli quoi. Profitons-en tant qu'il est temps. Il est épatant dans Le bel âge, alternant le vieux grigou libidineux et l'ours à la plaie mal lêchée, et la jeune Pauline Etienne, déjà très bonne dans Qu'un seul tienne et les autres suivront, impressionne aussi, pourtant mal servie par un scénario trop léger et elliptique (français quoi). Mais profitons de Piccoli. On ne sait jamais quand c'est le dernier, c'est peut-être ça le plus dur à avaler.
Après il faisait tellement froid que je n'ai pas eu le courage d'aller lire le journal au bistrot d'en face, pourtant il est agréable et j'avais envie, de sentir des gens, c'est un fameux mélange de vieux alcooliques, de jeunes révolutionnaires, de filles un peu décaties et de comptables pas pressés de rentrer au foyer, tu te poses là sur une banquette fatiguée comme une chaise longue, avec un vrai cocktail de pétasse (c'est affectueux) et tu fais semblant de lire le journal et t'as un pur panel, représentatif je sais pas trop de quoi, mais sympathique, oui sympathique, dis-moi où tu peux trouver encore aujourd'hui un lieu public, à part les bistrots, pas ceux d'Oberkampf avec que des comme moi où est l'intérêt, non, des gens qui te parlent sans vouloir ton fric ou ton cul, une nana qui m'explique qu'elle créé des bijoux (elle me montre une affiche, ils sont assez laids, je lui dis "oh, c'est bien dites donc, c'est créatif"), une autre qui me voit lire un (mauvais) Dubois et qui me raconte qu'avant de venir ici, elle a lu tout Dubois au Sénégal et tout Hugo aussi, et l'autre soir il y avait à ma droite un couple qui sentait fort le premier rencard Meetic, lui pérorait en racontant sa vie in extenso, entre le content de lui et le tendu qui en fait trop, elle s'emmerdait poliment, des fois elle riait un coup tellement il se donnait du mal ça valait bien ça, et à ma gauche trois jeunes, deux garçons qui lorgnaient une fille, deux garçons assez ingrats qui lorgnaient une fille très jolie, comme m'avait dit un jour une amie "à 17 ans même les moches elles sont belles, elles ont un truc, une fraîcheur aux joues, après lequel elles pourront bien courir ensuite, ça sera trop tard", et les garçons refaisaient le monde, il fallait pendre les méchants patrons et donner des papiers à tout le monde ce genre de récit merveilleux, et la fille je crois qu'elle s'en foutait un peu, elle regardait en biais, elle espérait quelqu'un plutôt que le grand soir.
Mais là ce soir c'était pas possible, il faisait trop froid, ce bistrot en fait c'est moitié salle et moitié terrasse fermée d'une bache transparente, entre les deux des portes battantes grandes ouvertes qui laissent passer autant le froid que la fumée mais qui sauvent les apparences et la maréchaussée ferme les yeux, mais du coup ça pèle sa mère même en salle et vraiment, froid quoi, putain de temps de droite.
Alors je suis rentré et j'ai vu à la télé Rachida Brakni qui regardait son Cantona parler, il disait un peu n'importe quoi, des trucs à la Cantona, tu sais, du vague censé en dire long, mais tout le monde écoutait religieusement parce que bon, c'est Cantona, il inspire ça, il parle tu te tais, et elle, Rachida, elle le gobait, je te jure, mais d'une force, c'était presque indécent d'être témoin de ça, elle l'embrassait tout entier rien qu'avec les yeux, j'ai éteint et j'ai lu un chapitre qui s'intitulait "on est vraiment soi-même que face à des cacahuètes" et après j'ai relevé mes mails et après j'ai écrit, moi aussi, en écoutant Sigur Ros puisque les héros des Chats persans, leur rêve ultime, c'est d'aller en Islande voir un concert de Sigur Ros, comme on les comprend, mais en chaise longue alors, et dans une salle bien chauffée, avec des cacahuètes et des cocktails de pétasse.
(Merde tout ça sonne presque triste alors que non, grand Dieu non)
 
 
http://boulyzekid.free.fr/blog/Sigur Ros album_cover_1.jpg
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article

commentaires

cee 07/01/2010 16:59


Boùùùùùùùùh....


drgbs 07/01/2010 15:08


à prendre je prèfère le concert chiant des islandais que les films pénibles avec Piccoli

sinon belle citation sur les filles de 17 ans


kerouac 07/01/2010 00:11


Oui, je VEUX télétravailler (euh, comment on fait?)


kerouac 07/01/2010 00:11


Moi aussi, je veux TELETRAVAILLER!! Ca a l'air trop trop bien!!

Sinon, Piccoli...Un sprit...Une idole (et comme j'en ai pas des masses..Mais comme je me fais l'intégrale de Roth, ça fait au moins 2)

(Pffuu, le grand journal, ou le zapping intégré..Pffuu...)
 


boultan 06/01/2010 22:06



Disons que je trouve que ça patine un brin au milieu, avant l'accélération finale.


Et oui, le début est joli, on ne sait pas que, on devine petit à petit


(you're welcome)