Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 16:08

En revenant de la Coit Tower qui domine Telegraph Hill, je me disais qu'il fallait quand même avoir le sens de l'humour pour donner son nom à une grande tour phalique quand on s'appelle Coit, et, va comprendre, "humour" et "coit" m'ont fait penser à Stephen Colbert et tandis que je descendais les Filbert Steps (oublie le Golden Gate Bridge, les fresques de Mission, la prison d'Alcatraz, les maisons victoriennes d'Alamo Square, les smoke shops de Haight-Ashbury, les t-shirt en filet de Castro et la Transamerica Pyramid : le seul truc immanquable à San Francisco, ce sont les Filbert Steps), j'ai réalisé que je n'avais jamais essayé sa Ben & Jerry's et que quand même, hein, ça devait être l'heure du goûter quelque part. De retour à l'hôtel avec un gros pot de crème glacée vanille mêlée de coulis caramel et de morceaux de gaufre au chocolat, je réalisai soudin que je n'avais ni cuillère pour manger ça proprement, ni freezer pour stocker le pot de glace quand il serait entamé. Autant te dire que j'ai maté les Oscars en plein sugar rush, ricanant aux vannes pas toutes drôles, les doigts maculés de calories fondantes et le menton maronnasse (et oui, j'ai bien essayé de plier le couvercle pour lui donner une vague forme de cuillère, mais ça fait trampoline)(cela dit, ce gros éclat de caramel apporte une touche bohème à la tête de lit).

americone dream
Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 22:24

En sortant de chez Zitouna, le meilleur resto oriental de San Francisco sis en plein quartier chinois-trop-pauvres-pour-habiter-dans-le-quartier-chinois, je me sentais comme une oie du Périgord qu'on aurait gavé de (délicieux) couscous et tu sais, au début les oies n'apprécient pas spontanément qu'on insère un tube de bouffe gros comme une barre de pole dance dans leur gosier mais à la fin elle sont tellement accros qu'elles se bastonnent pour la séance de deepthroat, bref, je subissais mon couscous en descendant Polk St quand je croisai un gentil monsieur en fauteuil roulant qui, lui, remontait la forte pente à reculons, en poussant avec ses pieds, dans une sorte de moonwalk à roulettes désespéré. Etant baptisé et confirmé dans la communauté de l'église catholique, apostolique et romaine, je lui proposai mon aide à contre-coeur mais il se mit à m'insulter copieusement dans un dialecte d'Europe de l'Est que je ne cherchai pas à identifier précisément. Poursuivant ma route vers Market St, je vis un clodo torse nu qui cuisait au soleil et qui, à mesure que je m'approchais et que ma myopie et mes préjugés se dissipaient, s'avérait être un boudhiste bon teint en pleine méditation sur le trottoir (à ma décharge, de loin, la position du lotus ressemble beaucoup à celle du poivrot mendiant des deux mains pour doubler ses chances), seulement vêtu d'un bermuda Ralph Lauren, ceux avec les plus gros logos brodés du monde. Je dépassai les bâtiments administratifs d'inspiration néo-communiste du Civic Center et débarquai enfin sur la place partagée équitablement entre un squat de crackheads édentés et un grand marché bio-bobo en plein air - où le choux Kale s'échange à 1 $ la botte et pas à 30 € le kilo comme l'achètent les foodistas parisiennes recherchant désespérément à alléger leur conscience et leur estomac du pot de Nutella englouti la veille. Il était 14 heures environ, les maraîchers remballaient leurs stands et distribuaient les restes de choux aux homeless et, ma foi, faute de désintox, une bonne détox ne pouvait pas leur faire de mal. Pour ma part, je décidai que si je poussais jusqu'à The Posh Bagel en marchant du côté ensoleillé de Sutter St, j'aurais sans doute sué suffisamment de couscous pour avoir droit à un cronut chococo avant la sieste. On n'était plus à une contradiction près.

un bon plan pour grossir entre Noël et Pâques
Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 13:52

Quand tu viendras à San Francisco, souviens-toi bien, il faut prendre la ligne N vers Judah jusqu'au terminus d'Ocean Beach, culbuter la grande dune, longer la plage jonchée de crabes démembrés et de crevettes trépanées sous le regard satisfait des mouettes ventripotentes, te faire renifler le cul par les chiens défoncés par l'iode et l'espace et qui sont les derniers vrais hippies de la ville, rentrer dans la forêt et t'y perdre un peu, retrouver El Camino Del Mar, choisir une maison sur Sea Cliff Avenue pour quand t'auras gagné deux ou trois fois à la loterie, opter courageusement pour le park trail, regretter presque aussitôt de ne pas être venu en baskets, arpenter Baker Beach et ses gamins hilares les pieds dans l'eau, retirer le sable de tes godasses sur l'un des bunkers qui protégeaient l'entrée de la baie contre Dieu sait quoi puisqu'ici est la fin du monde, grimper encore à travers le Presidio et avoir soif, retrouver la foule et les jus mangue-goyave au pied du Golden Gate, poursuivre jusqu'à la Marina au milieu des joggeurs qui peinent à suivre leurs clebs et des post-hipsters-néo-je-sais-pas-quoi, prendre le 43 pour enjamber Laurel Heights parce que ça va bien de grimper, flaner sur Haight St au milieu des gens souriants, des supérettes whole food et des odeurs de beuh, passer deux heures à Amoeba, ressortir avec des disques que tu as déjà mais pas en vinyls, rentrer exsangue à l'hôtel sur Union Square et constater dans le miroir de ta salle de bain que les gens souriaient surtout à ton coup de soleil couleur Golden Gate drôlement asymétrique.

California dreamin'
Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 00:35

 

L'avion vole au-dessus des Hespérides (je ne suis plus sûr du nom exact des îles du nord-ouest de l'Ecosse alors autant leur donner un lustre mythologique)(renseignement pris, les puristes préfèrent les nommer les Hébrides), morceaux de bois calcinés flottant sur la mer bleu sombre, je les observe à travers le hublot que commencent à moucheter de petites étoiles de gel tels les pistils sur lesquels soufflait la dame en couverture du gros dictionnaire illustré Larousse de mon père, bref je regarde la terre d'en haut en attrapant la part de camembert sur mon plateau-repas, mais le fromage s'échappe de ma main et part rouler quelque part sous le siège de ma voisine autant qu'une part triangulaire de fromage au lait cru puisse rouler, ladite voisine sexagénaire constate mon désarroi, je tends rapidement le bras à tâtons sous son siège dans l'espoir d'un sauvetage éclair, sans succès. Elle et moi comprenons alors, sans nous dire un mot, que le niveau d'intimité entre nous, jusqu'ici strictement délimité par un accoudoir que j'accapare sans vergogne, pourrait atteindre rapidement des sommets inattendus : pour accéder au fromage tant désiré, il me faudrait plonger sous le siège de ma voisine ménopausée pendant qu'elle relèverait sa tablette tout en tenant son plateau à bout de bras. Je me retrouverais alors dans la délicate position de l'autruche apeurée, la tête équivoquement positionnée sous son corps, tout en exposant à la vue de tous et de toutes la naissance de mon séant en raison de cette coquetterie un peu ridicule qui me pousse encore à acheter, à quarante ans révolus, des jeans slims à taille assez basse. Pendant que j'imagine la scène avec angoisse, je vois sur son écran qu'elle écoute Zaz : il n'est décidément pas question que notre relation s'érotise plus avant, et je lui signifie d'un air faussement débonnaire que tant pis, c'est trop loin, ne vous donnez pas la peine de vous déranger, merci bien madame.
A l'heure où j'écris ces mots, alors qu'une étrange croix de rocs et de neige balafre l'Islande, le malaise n'est pas tout-à-fait dissipé. Il reste 6000 kilomètres.

 

Air Claquos One
Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:03

 

- Tu mesures combien ?
- J'sais pas, un mètre cinquante-cinq ?
- On va mettre un mètre soixante-cinq, t'es en pleine croissance. Yeux ?
- J'en ai deux.
- Nan, la couleur ?
- Quelque chose entre le bleu, le gris et un truc bizarre.
- C'est trop long, disons "vert".
- C'est marqué "13/04/2010" sur la date, c'est normal ?
- Oui, ça doit être le jour où ils ont reçu les formulaires officiels, depuis ils photocopient, c'est une mairie de gauche ici.

(c'est pas très sérieux quand même, ces passeports sécurisés)

 

http://boulyzekid.free.fr/blog/tumblr_lbq4gjDB921qe0eclo1_r8_500.gif

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 10:18

 

J'irais bien à Cologne cet été.
Bon, en vrai j'irais bien à Cracovie mais sans passeport pour junior ça va faire long en train.
Loin de moi l'idée de remettre en cause la légendaire efficacité des trains pour la Pologne, hein.
Mais quand même.
Et puis Cologne s'inscrit bien dans le parcours pédagogique de junior : on complète la tournée des musées du Chocolat après Bruges et Bruxelles, et celle des maisons closes après Amsterdam.
Avec un tel bagage culturel, la cinquième, c'est dans la poche, je pense.

 

http://boulyzekid.free.fr/blog/tumblr_l4ahi5JakH1qz9qooo1_500.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 17:36

 

Hier j'ai acheté une paire de Doc, une lampe 70s orange et de la toile de Jouy.
Existe-t-il une association de consommateurs erratiques ?

 
(Bon, en vrai j'hésite encore pour la toile de Jouy)(bleue ou grise ?)(des bergères ou des menestrels ?)(et pourquoi ne trouve-t-on nulle part de la jolie toile de Jouy à base de petits keupons hilares ?)(la prochaine fois, nous parlerons de housses fantaisie pour tables à repasser)

 

 http://boulyzekid.free.fr/blog/tumblr_luc9mf94Cq1qe0eclo1_r11_500.gif

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 23:12

 

La dizaine passée, d'not'temps, on pouvait consacrer des heures à se façonner une signature. On noircissait des pages entières, on s'exerçait d'abord à la faire super bien, et puis après super vite, comme sur les chèques des parents à la caisse du Mammouth, parce que c'était un peu fascinant cette aptitude qu'ils avaient, nos parents, à la reproduction à l'identique (cinq ans de psychanalyse sont cachés dans cette phrase). Ma mère, en femme des années 30 indépendante-ma-non-troppo, se contentait d'écrire son nom d'épouse avec un p'tit zigouigoui à la fin pour faire plus gai, alors je m'étais surtout inspiré de celle de mon père en y ajoutant, par une habile symétrie de boucles, une paire de couilles discrète connue de moi seul (déjà, cette passion des appareils génitaux). J'avais passé deux heures à la mettre au point.

 
Là, mon fils, il a mis deux heures à se trouver un pseudo internet pour jouer à Minecraft avec ses camarades de classe Victorture et Darkjulien (deux blondinets de 12 ans qui sentent encore le Poupina).

 
Ca m'use, tout ça, si tu savais.

 

 http://boulyzekid.free.fr/blog/tumblr_loljt50Nam1qzpzfmo1_1280.jpg

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 10:46

 

 

C'est pas Jaurès, mais c'est pas Johnny non plus et c'est bien tout ce qui compte. Dans un pays qui reste fondamentalement de droite et qui le sera de plus en plus (démographie oblige), il aura donc fallu un cocktail inédit d'incompétence, de vulgarité et de démagogie  pour que la gauche revienne au pouvoir et donne le droit de vote aux basanés, le droit de convoler aux pédés et le droit de geindre aux friqués. Et ça, c'est quand même grâce à toi, Nico. A bout de nerfs, la France a fini par élire le seul socialiste moins charismatique que Jospin. Cela restera sans doute comme ton plus grand accomplissement, ton chef-d'oeuvre.

Chapeau l'artiste.

 


http://boulyzekid.free.fr/blog/tumblr_lazw0p6WrO1qe0eclo1_r9_500.gif

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 15:50

 

En dépit du décevant concours action ou vérité lancé par la vingtaine d'ESCP au-dessus du Groenland (ces épiciers n'ont aucun sens de l'action), j'étais assez satisfait de ce vol. Jusqu'à ce que mon voisin se saisisse de sa serviette rafraîchissante au citron (tu sais, l'espèce de kleenex imbibé de liquide vaisselle que même les restaurants chinois offrant un buffet à volonté n'osent plus proposer), s'essuie les doigts avec puis s'en frotte voluptueusement l'intégralité du visage, du cou au front, du contour des yeux à l'arrière des oreilles, et peut-être même de l'arrière des oreilles au contour des yeux, les détails sont flous, j'étais en état de choc.

Quand il est parti aux toilettes après le repas, mon imagination a été ma pire ennemie.

 

 

 http://boulyzekid.free.fr/blog/plane.gif

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article