Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:41

 

 

 

Avant-hier j'ai touché à quelque chose qui ressemblait à la vérité, je crois que ça mérite amplement d'être noté, c'est assez rare et on ne sait jamais à l'avance si cela va repointer le bout de son nez de sitôt, tu sais, le trop plein, d'un coup, je sais que tu sais, le trop plein de l'instantané, quand tu parviens simulatément à observer la scène en panoramique et à l'ausculter en macro, quand tu es dedans et dehors avec la même acuité, le vertige forcément, l'irruption inopinée du réel vibrionnant, illusoire ou pas on s'en fout

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 11:46

 

 

Presque un mois et tout va bien

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 14:21

 

 

- Gaffe, t'as vu, y'a deux filles qui sont venues se coller sur ta gauche
- T'inquiètes, j'les ai repérées
, me répond junior que toutes ces grandes blondes habillées de robes oranges très très courtes (pour raisons vélocipédiques lui expliqué-je) étonnent beaucoup, en quelques heures il se sent parfaitement batave, il a un peu la gueule à ça en même temps, et puis une nation qui ne sait guère cuisiner que les frites et les gauffres, forcément ça le prend par les sentiments, mais c'est surtout le côté vraiment festif de ce déferlement oranje qui lui plait, le n'importe-quoi rigolard de centaines de miliers de gusses un peu saouls cinq heures avant le match, évidemment en se promenant le nez en l'air on finit vite dans le seul quartier d'Amsterdam où les fenêtres portent des rideaux (fussent-ils en dentelle rouge), le rétropédalage et les explications attenantes, de toute façon le moindre magasin de souvenirs renferme de quoi torturer tout le Vatican, j'espère qu'il a retenu la liberté, une certaine liberté du moins, une libertée collective, une liberté du Nord, si tu veux déjeuner au bord du canal bah tu descends ta table sur le trottoir du Singel et voilà, le mardi, l'équipe devait passer saluer la foule sur les canaux, sans horaire défini, dès dix heures du mat' la foule était à nouveau là, avec les sacs à pique-nique et les gosses aux cheveux blancs et les grands-mères aux jambes enfouies sous une couverture, orange forcément, et la quiétude tu sais, la quiétude de ces pays dont tu ne comprends pas un traitre mot de la langue, où aucune verbalisation ne peut t'atteindre et t'extirper de toi

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 18:18

 

 

 

J'ai toujours envie d'un chat, je ne veux pas d'un chat (c'est-à-dire que j'ai pas la gentille mamie qui habite à côté pour lui refiler tous les quatre matins quand je pars en vadrouille) mais j'ai toujours envie d'un chat, je me demandais pourquoi ce matin, dans cette avenue bordée d'arbres lourds d'histoire qui relient les maréchaux de l'empereur à Oradour-sur-Glane, j'ai conclu en écoutant The National trop fort que ça devait être l'envie d'affection et de conflit, de confliction quoi, le mot m'a plu, il sonne âpre à l'oreille mais j'espère bien qu'un jour le dictionnaire témoignera de ce néologisme, confliction : truc doux et piquant, exemple : oh mais ce chat, quelle confliction !, tout ça pour dire, j'avais pas vraiment la tête à travailler.

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 13:44

 

 

En rangeant la paperasse du trimestre semestre, forcément on tombe sur de drôles d'antiquités, des bulletins de notes effarants, des commentaires drôles (genre élève discret dans une matière où tu te rappelles bien ne jamais avoir mis les pieds du trimestre), et ce beau commentaire de pisse-froid sanctionnant une année à peine plus dillettante que la moyenne dans ces périodes hormonalement complexes :

 

attention, la décontraction n'est pas toujours la meilleure attitude !

 

Je vais l'encadrer je crois.

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 20:44

 

 

Se remettre d'une demi-cuite.

Dormir.

Faire des lessives - cycle froid.

Se mettre la rate au court-bouillon.

Juste un peu, pour la forme.

Pour faire genre j'ai la mainmise sur les évènements.

Genre.

Pas de doute, c'est bien l'été.

Je sais pas bien faire, l'été, en général.

S'agirait de s'y mettre.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 17:07

  

Nan mais cherche pas, j'ai décidé que je sortirai en journée quand il fera beau. Sinon, je ne vois vraiment pas l'intérêt. Le soir oui, mais le soir c'est le soir, après trois cocktails il fait toujours beau, alors que la journée, le couvercle anthracite, la moiteur rance, très peu pour moi. "Après tu seras comme un coq en pâte", je me souviens de ce leitmotiv ancien face aux prévus et imprévus à financer pour rendre la place vivable ; un an après, deux ans après même, as time goes by, force est de reconnaitre, même si je dois être plus proche du chapon dans le pâté. Et puis, en baissant à presque rien le volume de la télé, on confondrait presque les vuvuzelas avec des cigales. Après trois cocktails, si si, j'te jure. Presque.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 19:59

 

 


Te dire au point où j'en suis, après les chaussettes gauches qui disparaissent j'ai inauguré la boule Quiès qui reste dernière et unique dans sa boîte, comme le gros rouquin qui était toujours choisi en dernier en EPS au collège durant cet inoubliable apprentissage du sadisme social consistant à faire tirer les équipes de hand par les élèves eux-mêmes, j'ai sérieusement commencé à réflechir sur le devenir de la boule Quiès célibataire, me sentant une certaine empathie avec elle, me disant d'abord que si je restais sagement sur le même côté toute la nuit je pouvais me servir de l'orpheline boulette de cire tiède pour isoler l'autre oreille des agressions du monde, avant de me dire que c'était complètement con vu qu'entre deux phases d'apnée profonde je me retourne fréquemment tel le pancake mou dans sa poêle beurrée, je te raconte ça en dessinant des organes génitaux sur la mousse de mon café juste en soufflant dessus, en feuilletant Les 21 jours d'un neurasthénique de Mirbeau et en repensant à mon fils qui dans les diners chics ne trouve rien de mieux à faire découvrir au pendu que "cigarettes" et "ovule", à ces courses du week-end où en guise de légumes et de cahiers on ramène du champagne et des bédés, alors franchement, hein, j'ai oublié où je voulais en venir

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 23:53

 

 

Il faisait chaud hier, après une dure journée de (trois heures de) travail en l'honneur de nos seniors comme on les appelle maintenant pour leur montrer du respect tandis qu'on les enferme en maison de retraite, j'étais là, comme un loukoum sur canapé, après un suicide lipidique au guacamole maison, les volets étaient clos et conféraient au salon un faux-air de cabinet de détective privé, quelque part entre Nestor Burma et Neuf semaines et demie, manquait juste la secrétaire/cliente en porte-jaja, j'ai écrit et puis j'ai dormi un peu je crois, et puis une brise légère a soufflé et m'a réveillé, une brise presque fraiche, je me suis roulé une cigarette, ma tête a tourné un peu, et toujours la brise sur mon ventre, un instant j'aurais juré sentir la présence d'une secrétaire/cliente, la brise encore, la chaleur, une chaleur dans le bas-ventre, une douce chaleur qui m'envahit, d'abord langoureuse puis vive, si vive, hum, oh, oh putain la carotte de la clope sur mon caleçon.

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 23:33

 

 

Tu sais, ces jours où on aimerait qu'il se passe quelque chose, on est censé en faire quoi, au juste ?

 

 

 

 

Repost 0
Published by boultan - dans à vivre
commenter cet article